Jacques Jessel (SP 1948)

 

 

Diplômé de la Section Service Public 1948, Jacques JESSEL est également ancien élève de l'EMIA de Coëtquidan et ancien élève de l'ENA. Après avoir occupé différents postes en consulat, en ambassade et en administration centrale au Ministère des Affaires Etrangères, il a été notamment été Représentant permanent adjoint de la France au Conseil de l'Atlantique Nord à Bruxelles (1977-1982), Secrétaire général adjoint de la Défense Nationale à Paris (1982-1985), Ambassadeur représentant de la France à la Conférence du Désarmement à Genève (1985-1986), Chef de la délégation française à la négociation " Ciel Ouvert " à Ottawa et à Budapest (1990).


Ministre plénipotentiaire honoraire

 

Démobilisé à la fin de l'été 1946, après deux ans sous les drapeaux et un passage par l'Ecole militaire de Coëtquidan, je songeais - comme du temps de mes études secondaires - à m'inscrire en première supérieure en vue de préparer Normale Sup. Un peu par hasard, j'appris la création récente de cet Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg, et m'enquis de son programme.
Celui-ci, d'emblée, me séduisit, car il me parut en prise directe avec les réalités de ce monde de l'immédiat après-guerre, et donc bien plus " vivant ", plus réel que le coté forcément plus littéraire, plus artificiel, que m'offrirait la filière khâgne.

Je m'inscrivis donc. Les conditions de vie, à cette époque, n'étaient pas mirobolantes. Pour moi, il s'agissait d'une période de réadaptation à la vie civile, et l'Institut, dans sa deuxième année d'existence, cherchait encore sa voie ! Dans l'enseignement qui nous était dispensé, toutes les matières n'exercèrent pas sur moi le même attrait. Il en était que je trouvais… ennuyeuses… je tairai lesquelles. L'histoire, depuis mon enfance, m'attirait ; celle qu'on nous enseignait là était intéressante, mais trop pointilliste et ne dégageant pas les grandes perspectives où s'inscrit le destin des nations. Certains enseignements m'emballèrent. Je me souviens de toute une série d'exposés, faits par de jeunes professeurs de géographie, nous décrivant une gamme de pays, grands et petits, dont ils avaient une connaissance approfondie, vivante, récente, ce qui nous donnait du monde contemporain une vision bien plus à jour que ce que nous pouvions trouver dans les livres.

Un autre cours que je suivis avec le plus vif intérêt fut celui d'économie politique, que dispensait André Piettre. Il était aux antipodes de ce qu'allait être l'économie mathématique, laquelle prétendra tout mettre en équation. Sa façon était littéraire, très cultivée, pleine aussi d'aperçus originaux et de perspectives inattendues et donnait, d'une matière austère et complexe, une vision vivante, qui stimulait la réflexion sur les changements en train de s'accomplir dans ce monde de l'immédiat après guerre.
Bien des années plus tard, je trouvai chez un bouquiniste un ouvrage d'André Piettre, intitulé " Les trois âges de l'économie " : c'était, pour l'essentiel, la transposition de son cours.

Je me prenais à rêver de ce que serait le privilège de représenter à l'étranger la France qui reprenait enfin sa place dans le concert des nations. Mais les servitudes liées au service de l'Etat me faisaient hésiter et il me semblait que le métier de journaliste comportait plus de liberté. Après quelques années de réflexion la diplomatie l'emporta et, pour y accéder, je m'orientai vers l'ENA. Ce que j'avais appris lors de mon passage à l'IEP de Strasbourg m'aida incontestablement à franchir cette étape décisive.

Donner des conseils à nos jeunes camarades d'aujourd'hui ? A tant d'années de distance, les choses ayant tant changé, serait-ce légitime ?… et serais-je écouté ? Je me bornerai à quelques simples remarques. Dans le métier que l'on choisit, l'élément de " vocation " est essentiel, et le seul attrait financier ne suffit pas à remplir une vie. Quant à l'enseignement dispensé par une institution comme l'IEP, il importe qu'il reste aussi proche que possible des réalités, en évitant les grandes théories, les idées a priori, les constructions artificielles, mais qu'il sache aussi stimuler l'esprit critique, le goût de la recherche et du travail bien fait. Il faut aussi qu'enseignants et enseignés soient convaincus que la société à laquelle ils appartiennent, malgré ses défauts, mérite d'être servie, et au besoin défendue.

 

Ouvrages :

- "Le XXIème siècle : avec ou sans la France ? ", éditions L'Harmattan (1997)

   Jacques Jessel - Biographie, publications (livres, articles)

- "La coopération politique", dans l’ouvrage collectif "Le couple franco-allemand en Europe", Publications de l’Institut d’allemand d’Asnières. (1993)

 

- "La double défaite de Mitterrand : de Berlin à Moscou, les faillites d'une diplomatie ", éditions Albin Michel (1992)

Amazon.fr: Jacques Jessel: Livres, Biographie, écrits, livres audio, Kindle

- "Nécessités franco-allemandes et défense en Europe", sous le pseudonyme de Jean Hohwart, éd. Fondation pour les Etudes de Défense Nationale. (1988)

 

 

 

Il a rédigé de nombreux articles, notamment pour la Revue de la Défense Nationale, le Trimestre du Monde, l'Annuaire français de droit international.

 

 

 

 

 

Projet Âge d'Or
Sandrine Darstein infirmière libérale, se lance dans un projet "Âge d'Or" consistant à prendre en charge des personnes âgées en dépendance dans un complexe comprenant à la fois des résidences autonomie et une maison de santé pluri professionnelle. 
 
Pour concrétiser son projet, elle recherche des financements.
 
Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce projet, n’hésitez pas la joindre au 0658477233